Skip to main content

Mobilités professionnelles

Définition

Définition

Santé et mobilité

Santé et mobilité

Définition

Quand nous parlons de « mobilité professionnelle », nous entendons par là un « changement de situation professionnelle », entre deux période d’activité.

Tout au long de leurs carrières, et de plus en plus, les actifs sont confrontés à des changements, dont les formes sont multiples. Il est possible de changer de poste, de métier, de famille de métier, voire de secteur d’activité, de rester chez le même employeur (mobilité interne) ou quitter l’entreprise (mobilité externe).

La mobilité professionnelle peut être choisie ou subie (suite à une perte d’emploi par exemple, ou si une problématique de santé se profile). Elle n’est jamais anecdotique pour celui ou celle qui y est confronté(e), parce que cela a des conséquences sur sa vie quotidienne autant que sur ses perspectives de carrière. Cette période est toujours vécue avec intensité, parce que le changement professionnel nous confronte à l’incertitude.

Pour y faire face, l’idéal est d’anticiper, le plus possible, ces changements, d’être toujours en alerte et de piloter son parcours, vers une situation plus satisfaisante, selon les critères propres à chacun. A plusieurs étapes de sa vie professionnelle, le/la salarié(e) va donc devoir faire des choix, dont les conséquences seront déterminantes pour son avenir.

Santé et mobilité

Quand le/la salarié(e) est confronté(e) à une problématique de santé, l’incertitude évoquée plus haut se trouve renforcée. Aux difficultés propres à la maladie, s’ajoutent un stress et une anxiété sur la capacité de la personne à reprendre une vie professionnelle, sur les conditions de son retour à l’emploi et la façon de s’y préparer. Souvent, les solutions doivent être envisagées dans l’urgence, après un retour d’arrêt maladie.

Nous avons examiné les démarches qui pouvaient et être faites pour préparer la suite du parcours et le maintien en emploi du/de la salarié(e) qui peut se faire accompagner à chaque étape.

Parfois, malheureusement, le reclassement n’est pas possible dans l’entreprise ou dans le groupe auquel appartient cette entreprise et le licenciement pour inaptitude devient la seule issue. Dans ce cas, tout ce qui a été travaillé dans la phase amont (maintien de l’employabilité, développement des compétences, demande de RQTH) est utile pour préparer la suite du parcours.

Quelle que soit la mobilité professionnelle envisagée (qu’elle soit à l’intérieur de l’entreprise ou en dehors de celle-ci), cette démarche vous appartient en premier lieu. C’est une démarche qui est difficile, coûteuse en énergie et en remises en cause. En effet,

  • Elle nécessite de faire le deuil d’un état de santé et d’une situation professionnelle antérieurs et d’accepter une situation nouvelle non choisie. Cela demande souvent plusieurs mois et il est important de vous faire aider, afin de pouvoir vous projeter et construire votre avenir sur des bases saines.
  • Elle vous demande des efforts et un engagement constants afin de redéfinir un projet professionnel et le mettre en œuvre (formation, recherche d’un nouveau poste, adaptation à une nouvelle réalité de travail…). Ces différentes étapes vont également prendre un temps relativement long.

Au final, cette démarche pourra durer plusieurs mois, voire une ou deux années. Il est donc important de mettre davantage de chances de votre côté, en vous appuyant sur des professionnels compétents. L’idée est de passer d’une mobilité subie, à une mobilité, sinon choisie, du moins  acceptée et pilotée.

Plusieurs salariées ont accepté de témoigner. Nous vous invitons à les écouter ici.